top of page
Rechercher

Les grands tuskers du parc national Kruger

Dernière mise à jour : 24 oct. 2023

Depuis que les "sept magnifiques" ont été nommés dans les années 1970, les éléphants de Kruger aux grandes défenses sont une source d'admiration et d'inspiration dans le monde entier. Alors que de nombreuses populations d'éléphants d'Afrique ont vu les gènes de leurs plus grandes défenses diminués par la chasse à l'ivoire et le braconnage, les légendes de Kruger perdurent.


Retour en arrière


Il y a plus de trente ans, sept éléphants mâles impressionnants, tous dotés de défenses pesant plus de 50 kg chacun, se trouvaient dans le parc national Kruger. Le gardien en chef de l'époque, le Dr U de V Pienaar, a décidé de faire connaître ces éléphants comme un exemple réussi du travail de conservation de Kruger. Il a nommé les mâles qui n'avaient pas encore été identifiés et a inventé le nom collectif des Sept Magnifiques, d'après le film hollywoodien de 1960. Malheureusement, ces géants ne sont plus de ce monde. La salle des éléphants du Letaba Rest Camp abrite désormais les défenses de Dzombo, Kambaku, Mafunyane, Ndlulamithi, Shawu et Shingwedzi.


DZOMBO
Photo by Dr Anthony Hall-Martin









#1. DZOMBO (1935 - 1983)


Nommé d'après le ruisseau Dzombo qui traverse les Mopani Flats entre les vallées de Shingwedzi et de Shawu. (Le mot Dzombo est dérivé du mot Tsonga Dzombolo qui signifie "attendre quelque chose qui tarde à venir"). Il vivait dans la zone délimitée par les rivières Tsendze, Letaba et Shingwedzi et était le plus souvent observé le long du système de vlei herbeux de la vallée de la Shawu.

JOÃO










#2 JOÃO (Date inconnue)


Nommé par Anthony-Hall Martin en l'honneur de Prester John, prêtre-roi légendaire de l'Afrique ancienne. (João se trouvait également près du point d'eau de ce nom, le long de la rivière Shingwedzi. Ce point d'eau a été nommé en 1961 par le Dr Tol Pienaar (ancien directeur du KNP et PDG de SANParks) d'après un ancien mécanicien de Shingwedzi qui aidait le Dr Pienaar à faire des relevés de poissons le long de la rivière Shingwedzi. João a été vu pour la première fois près d'un moulin à vent appelé João, dans la région de Shingwedzi, il était connu pour fréquenter la zone au sud de la rivière Shingwedzi. Il est arrivé cependant qu'il se déplace aussi loin au sud que Mahlangene et Shilowa (Mopani Est).

KAMBAKU








#3 KAMBAKU (1930 - 1985)


Kambaku est le mot Tsonga qui signifie " Grand Tusker " ou " Vieux taureau éléphant ". Ce taureau se déplaçait sur un immense territoire s'étendant de Satara/Orpen et de la Timbavati à Crocodile Bridge. Kambaku était le troisième membre du groupe des Sept Magnifiques. Il était souvent vu par les gardes forestiers de la région de Kingfisherspruit et a été photographié par de nombreux visiteurs du parc national Kruger. Contrairement à plusieurs des autres taureaux du Magnificent Seven, Kambaku a toujours été vu seul.

MAFUNYANE










#4 MAFUNYANE (Corps découvert le 16 novembre 1983)


Ce mâle a été baptisé en l'honneur de Lou Steyn, ancien directeur du parc national de Kruger, connu pour son caractère emporté. (Mafunyane est le mot Tsonga pour "l'irritable", ce qui fait référence au dédain et à l'intolérance de l'éléphant envers les humains). Ce taureau errait dans la section Shangoni du parc national Kruger, qui comprend le cours supérieur de la rivière Shingwedzi et, au sud, le ruisseau Bububu. Mafunyane était le plus célèbre des "Sept Magnifiques", bien qu'il n'ait été vu à l'état sauvage que par une poignée de personnes et rarement par les visiteurs, car il se tenait à l'écart des routes. Cela pourrait être attribué à sa timidité ou au fait que sa zone d'errance était très éloignée. Malgré ses défenses impressionnantes, Mafunyane n'était pas un grand taureau et ne mesurait que 327 cm à l'épaule, contre 340 cm en moyenne pour les autres membres du groupe des Sept Magnifiques.

NDLULAMITHI









#5 NDLULAMITHI (1927 - 1985)


Ndlulamithi doit son nom à son apparence, qui est un mot traditionnel tsonga signifiant "plus grand que les arbres". Son aire de répartition était connue pour occuper une vaste zone située entre la route principale de Mooiplaas et la frontière occidentale, et s'étendant du système de drainage de Byashishi à la rivière Shingwedzi jusqu'à la rivière Phongol. Ndulamithi a été identifié pour la première fois en 1980 le long de la rivière Nkokodzi dans le nord du parc national Kruger. Il s'agissait d'un éléphant agressif mais discret, que l'on voyait rarement. Ce mâle est devenu célèbre pour avoir chargé le Dr Anthony Hall-Martin et son assistant alors qu'ils tentaient de le photographier à pied, ses intentions étant indubitables.

SHAWU









#6 SHAWU (octobre 1982)


Le "Shawu Bull" a été nommé d'après la vallée de Shawu (Vlei) dans laquelle il a passé une grande partie de sa vie. Shawu se déplaçait sur un vaste territoire qui s'étendait sur les plaines plates couvertes de Mopani, entre les rivières Letaba et Shingwedzi, et s'étendait de la route principale aux collines de Lebombo. Il ne couvrait cependant pas cette énorme zone régulièrement, mais se déplaçait lentement, prenant environ 6 mois pour se déplacer du sud au nord. Shawu était un animal assez facile à approcher et ne montrait aucune crainte ou méfiance particulière envers les véhicules. C'est un gros taureau qui mesure 340 cm au garrot. En raison de la pince formée par ses grandes défenses, on l'appelait parfois en afrikaans "Groot Haaktand". En 1981, il a été décidé d'équiper Shawu d'un collier car le braconnage était une menace constante en provenance du Mozambique, ce qui a été fait avec succès et il a été suivi régulièrement.

SHINGWEDZI








#7 SHINGWEDZI (1934 - 1981)


Shingwedzi a été nommé d'après la rivière et le camp de repos où il a passé les dernières années de sa vie. (Shingwedzi signifie "lieu de la pierre de fer", en référence aux affleurements rocheux de gabbro communs à la région. Shingwedzi est dérivé du mot Tsonga Ngwetse qui signifie "le son des objets métalliques qui se frottent les uns contre les autres"). Il était connu pour se déplacer aussi loin à l'ouest que les collines de Nkokodzi et Chugamila et aussi loin que les Lebombo dans les environs du Shingwedzi Rest Camp. Ses défenses sont exposées dans la salle des éléphants de Letaba.


La nouvelle génération


La légende des Sept Magnifiques se perpétue dans le parc national Kruger à travers un certain nombre d'animaux portant un ivoire impressionnant. Nous allons ici mettre en lumière et examiner les descendants de ces légendes. Lorsqu'un nouveau busard est identifié, la politique actuelle exige qu'il soit nommé en fonction de son domaine vital ou de ses caractéristiques propres.

Bidzane








#1. Bidzane


Nommé en mémoire de Gus Adendorff qui a été garde forestier dans le parc national Kruger pendant 27 ans. ("Bidzane" est un mot swahili qui fait référence à la bande de peau de zèbre autour du chapeau que Gus portait toujours).

Botsotso















#2. Botsotso


Le terme "Botsotso" vient de Tsonga et fait référence à un style particulier de jeans portés autrefois. Il fait directement référence aux grands plis de peau très proéminents sur le dos de ce taureau, ce qui en fait l'une de ses caractéristiques d'identification.

Hahlwa








#3. Hahlwa


Le nom "Hahlwa" Tsonga signifiant "jumeau" a été donné à ce taureau en raison du contexte et de l'histoire vers son identification finale. Les défenses et les marques d'oreilles de ce taureau ressemblent presque identiquement à celles de Masasana et sur de nombreuses images, il semblerait qu'il soit son jumeau.

Kukura













#4. Kukura


Kukura est un mot shona qui signifie "croissance", ce qui fait référence à la vitesse à laquelle les défenses de ce taureau se sont développées, passant du statut d'émergence à celui de grand tuteur en un court laps de temps.

Machachule










#5. Machachule


Machachule a été nommé en mémoire du caporal Joe Managanyi qui a servi pendant 33 ans pour le parc national Kruger. (Machachule signifie "le danseur de tête". Ce nom lui a été donné par son personnel car il était connu comme un travailleur très strict qui ne perdait pas de temps et devait faire les choses immédiatement, donnant l'exemple).

Madolo










#6. Madolo


Nommé en l'honneur de Johan Kloppers, qui a travaillé pendant 36 ans à la conservation du parc national Kruger (Madolo, qui signifie "genou", a été donné à Johan en raison de son penchant pour la marche. Selon le personnel qui le connaissait bien, il a hérité de ce nom en raison de sa foulée unique lorsqu'il marchait).

Masasana








#7. Masasana


Masasana, un mot Tsonga signifiant "On peut toujours faire un plan", a été nommé en reconnaissance de Johan Sithole qui a servi le Parc national Kruger dans les départements de la conservation et des services scientifiques au cours d'une carrière de 35 ans avant de prendre sa retraite le 4 mars 2008.

Matlakusa















#8. Matlakusa


Matlakusa, de tlakusa, signifie en tsonga "élever, soulever". Il s'agit d'un grand puits ouvert et d'un forage, le long de la frontière orientale, au sud-est de Malonga, dans le parc national Kruger.

Mavalanga













#9. Mavalanga


Nommé en mémoire de Piet Otto qui a d'abord été pilote d'hélicoptère, puis chef des opérations de vol et de capture du gibier dans le parc national Kruger pendant 25 ans. (Mavalanga est un mot shangaan qui signifie "celui qui a une très bonne vue", ce qui fait référence à la capacité exceptionnelle de Piet à repérer le gibier lors du recensement bien avant tout le monde, ce qui lui valait le surnom de "M. Eye's" par ceux qui travaillaient avec lui).

Mbazo














#10. Mbazo


Nommé en l'honneur de Lynn van Rooyen, qui a travaillé dans le domaine de la conservation pour le parc national d'Afrique du Sud pendant 39 ans. (Mbazo, qui signifie "hache", fait référence aux premières années de Lynn en tant que ranger, où il était connu pour mener des patrouilles de terrain armé d'une seule hache).

Mondzweni














#11. Mondzweni


Mondzweni tire son origine du nom d'un forage (nommé par le garde forestier de section Gus Adendorff, voir Bidzane) situé le long de la rivière N'waswitsontso, dans le virage où elle change de cours pour couler vers le sud jusqu'à Ngwenyeni. Mondzweni, qui signifie "à l'arbre de plomb" en Tsonga, a été considéré comme un choix approprié en raison des arbres de plomb qui prédominent dans l'aire de répartition générale de ce formidable tusker.

Nambu












#12. Nambu


Tsonga signifie "rivière", car ce taureau a l'habitude de parcourir toute la longueur de la rivière Crocodile et d'être vu depuis les différents lodges situés sur les rives opposées, dans ce qui est par ailleurs un vaste domaine vital.

Ngwenya









#13. Ngwenya


Ngwenya ", qui signifie " crocodile " en langue tsonga, provient du domaine vital privilégié de ce taureau.

Ngunyupezi














#14. Ngunyupezi


Nommé en mémoire du sergent James Maluleke qui a servi pendant 33 ans au service du parc national Kruger. (Ngunyupezi signifie "celui qui aime danser avec les femmes mais qui rentre toujours chez lui à la fin de la nuit").

Ngonyama













#15. Ngonyama


Nommé en l'honneur d'Uys de Villiers (Tol) Pienaar, qui a travaillé dans le domaine de la conservation pour le parc national d'Afrique du Sud pendant 36 ans. (Ngonyama est le mot Tsonga qui signifie "lion". Ce surnom dérive d'un incident survenu le 21 juillet 1956, lorsque Tol a été mordu par une lionne le long du Timbavati spruit (où se trouve aujourd'hui le camp de Roodewal). Tol était également connu pour ses yeux verts qui pouvaient briller comme ceux d'un lion lorsqu'il était en colère.

Ntombazana








#16. Ntombazana


Nommé en mémoire de Bruce Robert Bryden qui a travaillé dans le domaine de la conservation au sein du parc national d'Afrique du Sud pendant 29 ans. (Ntombazana est le mot shangaan qui signifie "jeune femme", ce nom lui a été affectueusement donné par son personnel en référence à son amour des femmes lorsqu'il est arrivé dans le parc national Kruger).

Ntsena














#17. Ntsena


Tsonga signifie "un seul" en référence à la remarquable défense unique de ce taureau.

Nwashinangana










#18. Nwashinangana


Nommé en l'honneur de Ted Whitfield, qui a été garde forestier de section dans le parc national Kruger pendant 24 ans. (Nwashinangana signifie "quelqu'un qui souffle dans la corne de l'animal", en raison de son habitude de siffler doucement pendant qu'il travaillait).

N’watindlopfu










#19. N'watindlopfu


N'watindlopfu spruit dans le Parc National Kruger signifie "spruit des éléphants" en Tsonga et se réfère au site historique où, en 1987, un panneau frappant et relativement bien conservé de peintures rupestres représentant un groupe de quatre éléphants sur un petit koppie de granit à côté de ce spruit a été trouvé. Il s'agit d'une référence à la preuve de l'existence ancienne des éléphants dans le parc national Kruger et donc d'un lien avec la grande découverte qu'a été l'apparition soudaine de ce taureau en tant que grand tusker.

N’wendlamuhari











#20. N'wendlamuhari


N'wendlamuhari est le nom tsonga de la rivière de sable qui signifie " la rivière qui est féroce lorsqu'elle est en crue ". On a estimé que la signification de ce nom était un lien approprié avec l'emplacement privilégié par les taureaux du spruit de Tsendze qui est également connu pour ses inondations spectaculaires lors de fortes pluies.

Aire de répartition : Letaba, Mooiplaas et Phalaborwa, des observations de ce taureau ont également été confirmées au nord de Mopani et vers Giriyondo Border Gate. Les observations récentes montrent qu'il prédomine dans la zone Mooiplaas/Mopani avec des visites peu fréquentes à Letaba.

Thandamamba









#21. Thandamamba


Nommé en l'honneur du sergent Aaron Nkuna, qui a servi comme garde forestier dans le parc national Kruger pendant 37 ans. Thandamamba signifie en zoulou "celui qui aime le serpent mamba noir / l'amoureux du serpent mamba noir". Ce nom inhabituel est né d'une conversation avec Brian Harris (ex-ranger de la section Stolznek), au cours de laquelle Aaron avait indiqué que la chose qu'il aimait le plus dans le KNP était les serpents, en particulier le mamba noir.

Timaka









#22. Timaka


Timaka a été nommé en mémoire du caporal Wilson Ndlovu, malheureusement tué par un éléphant dans l'exercice de ses fonctions de garde forestier dans la section de Stolznek.

Tsotsi









#23. Tsotsi


Nommé en mémoire d'Ampie "Tsotsi" Espag, qui a passé de nombreuses années au service du parc national Kruger en tant que garde forestier et responsable de l'accueil. (Tsotsi, signifie sournois, fauteur de troubles, skelm).

Vusopfa












#24. Vusopfa


Tsonga signifie "désordonné". Vusopfa fait référence aux oreilles fortement déchirées et "ébouriffées" de ce taureau, ce qui le rend facilement identifiable.

Xidudla














#25. Xidudla


Tsonga signifie "grand ou gros dans le corps", ce qui fait référence non seulement à la taille impressionnante et épaisse de la défense de ce taureau, mais aussi à sa grande taille et à la hauteur de ses épaules.

Xindzulundzulu









#26. Xindzulundzulu


Xindzulundzulu signifie en tsonga "marcher en rond", ce qui fait référence au domaine vital très localisé de ce taureau.


Les tuskers du parc Kruger captivent depuis des années les visiteurs de ce parc phare. Bien que de nombreuses populations d'éléphants d'Afrique aient vu les gènes rares de leurs plus grands Tuskers épuisés par les braconniers d'ivoire, la légende perdure puisque les éléphants du parc national Kruger font l'objet d'une surveillance constante en tant que prétendants au titre de "Tusker émergent". Telles des reliques vivantes d'une époque révolue, la nouvelle génération d'éléphants Big Tusker d'Afrique permet d'espérer que les gènes rares des défenses mythiques ne sont pas entièrement perdus.

10 vues0 commentaire

Comments


bottom of page